Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 14 mai 2016

Sainte Reine Tamara

Holy Queen Tamar

Mémoire le 1/ 14 mai

En 1166 une fille, Tamara, naquit du roi Georges III [Giorgi] (1155-1184) et de la reine Bourdoukhan de Géorgie. Le roi proclama qu'il allait partager le trône avec sa fille depuis le jour où elle aurait douze ans.

La cour royale jura son allégeance à l'unanimité et promis de servir Tamara, et le père et la fille dirigèrent le pays ensemble pendant cinq ans. Après la mort du roi Georges en 1184, la noblesse reconnut la jeune Tamara comme seul maître de toute la Géorgie. La reine Tamara fut intronisée comme chef de toute la Géorgie à l'âge de dix-huit ans. Elle fut appelée "Roi" en langue géorgienne parce que son père n'avait pas d'héritier mâle et donc elle régna comme monarque et non pas comme une princesse consort.

Au début de son règne, Tamara convoqua un concile d'Eglise et s'adressa au clergé avec sagesse et humilité: "Jugez selon la justice, confirmant le bien et condamnant le mal," conseilla-t-elle. "Commencez avec moi: si je pèche, je devrais être censurée, car la couronne royale est envoyée d'en haut comme un signe du service divin. ne permettez ni à la richesse des nobles ni à la pauvreté des masses d'entraver votre travail. Vous, par la parole et moi par les actes, vous en prêchant et moi par la loi, vous par l'enseignement spirituel et moi par l'éducation nous nous occuperons de ces âmes que Dieu nous a confiées, et ensemble nous nous conformerons à la loi de Dieu, afin d'échapper à la condamnation éternelle... Vous en tant que prêtres et moi en tant que dirigeant, vous en tant que gardiens du bien et moi comme gardien de ce bien ."

L'église et la cour royale choisirent un prétendant à Tamara: Youri [diminutif de Georges], fils du prince André Bogolioubsky de Vladimir-Souzdal (en Géorgie Youri était connu comme "Georges le Russe"). Le beau Georges le Russe était un vaillant soldat, et sous son commandement les Géorgiens revinrent victorieux de nombreuses batailles. Son mariage avec Tamara, cependant, exposa de nombreux côtés grossiers de son caractère. Il était souvent ivre et enclin à des actes immoraux. En fin de compte, la cour de Tamara le renvoya de Géorgie à Constantinople, doté d'une généreuse récompense.

Beaucoup de dirigeants du Moyen-Orient étaient attirés par la beauté de la reine Tamara et désiraient l'épouser, mais elle les rejeta tous. Enfin, sur l'insistance de sa cour, elle accepta de se marier une seconde fois pour assurer la préservation de la dynastie. Cette fois, cependant, elle demanda à sa tante et nourrice Rousoudan (sœur du roi Georges III) de lui trouver un prétendant. L'homme qu'elle choisit, Davit-Soslan Bagrationi, était le fils du dirigeant ossète et un descendant du roi Georges I (1014-1027).

En 1195 une campagne militaire musulmane conjointe contre la Géorgie fut planifiée sous la direction de l'atabeg [Dirigeant militaire] Abou Bakr de l'Azerbaïdjan persan. Sur l'ordre de la reine Tamara, un appel aux armes fut lancé. Le métropolite Antoine de Chqondidi demanda aux fidèles de célébrer des Vigiles et des agrypnies et de distribuer généreusement l'aumône aux pauvres pour qu'ils puissent se reposer de leurs labeurs, afin de prier.

En dix jours, l'armée fut préparée, et la reine Tamara s'adressa aux soldats géorgiens pour la dernière fois avant que la bataille ne commence. "Mes frères! Ne laissez pas vos cœurs trembler devant la multitude d'ennemis, car Dieu est avec nous... Ayez confiance en Dieu seul, tournez vos cœurs vers Lui dans la justice, et placez tous vos espoirs dans la Croix du Christ et dans la Très Sainte Mère [de ∂ieu]! " les exhorta-t-elle.

Après avoir enlevé ses chaussures, la reine Tamara escalada la colline de l'église Metekhi de la Génitrice de Dieu (à Tbilissi) et elle se mit à genoux devant l'icône de la Très Sainte Mère de Dieu. Elle pria sans cesse jusqu'à ce que les bonnes nouvelles arrive: la bataille près de Shamkori s'était terminée par la victoire incontestable de l'armée géorgienne orthodoxe.

Après cette première victoire l'armée géorgienne se lança dans une série de triomphes sur les Turcs, et les pays voisins commencèrent à considérer la Géorgie comme protectrice de l'ensemble de la Transcaucasie. Au début du 13ème siècle, la Géorgie avait une autorité politique reconnue à la fois par l'Occident chrétien et l'Orient musulman.

Les succès militaires de la Géorgie alarmèrent le monde islamique. le Sultan Roukn al-Din était certain qu'une force musulmane unie pourrait définitivement trancher la question du pouvoir dans la région, et il marcha sur la Géorgie autour de l'année 1203, commandant une armée énorme.

Après avoir campé près Basiani, Rukn al-Dîn envoya un messager à la reine Tamara avec une demande audacieuse: que la Géorgie se rende sans combattre! En récompense de son obéissance, le sultan promis de l'épouser à condition qu'elle embrasse l'islam, si Tamara devait s'attacher au christianisme, elle serait la première parmi les autres malheureuses concubines de son harem. Quand le messager relaya la demande du sultan, un homme de haute naissance, Zakaria Mkhargrdzélidzé, fut tellement outré qu'il le gifla au visage, lui faisant perdre connaissance.

Vardzia Monastery

Monastère Vardzia

Sur ordre de la reine Tamara, la cour accorda généreusement des cadeaux à l'ambassadeur et le renvoya avec un émissaire géorgien et une lettre de réponse. "Votre proposition tient compte de votre richesse et de l'immensité de vos armées, mais elle ne parvient pas à rendre compte de jugement divin", écrivit Tamara ", tandis que je ne mets ma confiance en aucune armée ou chose du monde, mais dans la main droite de Dieu Tout-Puissant et avec l'aide infinie de la Croix, que vous maudissez. La volonté de Dieu - et non la vôtre propre - doit être accomplie, et le jugement de Dieu - et non votre jugement - régnera "!

Les soldats géorgiens furent convoqués sans délai. La reine Tamara pria pour la victoire devant l'Icône de la Mère de Dieu Vardzia, puis, pieds nus, conduisit son armée aux portes de la ville.

En espérant dans le Seigneur et dans les prières ferventes de la reine Tamara, l'armée géorgienne marcha vers Basiani. L'ennemi fut mis en déroute. La victoire de Basiani fut un événement énorme, non seulement pour la Géorgie, mais pour l'ensemble du monde chrétien.

Les victoires militaires augmentèrent la confiance de la reine Tamara. Dans la journée, elle brillait dans toute sa parure royale et sagement administrait les affaires du gouvernement, au cours de la nuit, à genoux, elle implorait le Seigneur en pleurant de renforcer l'Eglise géorgienne. Elle s'occupait de travaux d'aiguille et distribuait sa broderie aux pauvres.

Un jour, épuisée par ses prières et par la couture, Tamara s'endormit et eut une vision. Entrant dans une maison luxueusement meublée, elle vit un trône en or sertie de pierres précieuses, et elle se tourna pour s'en approcher, mais elle fut soudain interrompue par un vieil homme couronné d'une auréole. "Qui est plus digne que moi de recevoir un tel trône de gloire?" lui demanda la reine Tamara.

Il lui répondit: "Ce trône est prévu pour ta servante, qui a cousu des vêtements pour douze prêtres de ses propres mains. Tu es déjà en possession d'un grand trésor dans ce monde. "Et il lui montra une direction différente.

S'étant réveillée, la sainte reine Tamara reprit immédiatement son travail et de ses propres mains cousit des vêtements pour douze prêtres.

L'histoire a conservé un autre épisode poignant de la vie de la reine Tamara: Un jour, elle se préparait à assister à une liturgie festive à Gelati, et elle avait fixé de précieux rubis à la ceinture autour de sa taille. Peu après, elle fut informée qu'un mendiant à l'extérieur de la tour du monastère demandait l'aumône, et elle ordonné à son entourage d'attendre. Ayant fini de s'habiller, elle sortit de la tour, mais n'y trouva personne. Terriblement désolée, elle se reprochait d'avoir oublié les pauvres et ainsi d'avoir oublié le Christ Lui-même. Immédiatement elle enlevé sa ceinture, cause de sa tentation, et la présenta comme offrande à l'icône Gélati de la Génitrice de Dieu.

Pendant le règne de la reine Tamara une véritable cité monastique fut sculptée dans les roches de Vardzia, et la souveraine craignant Dieu y œuvra pendant le  Grand Carême.  Les églises de Pitareti, Kvabtakhevi, Betania, et bien d'autres furent également construites à cette époque. La sainte reine Tamara dota  généreusement les églises et les monastères non seulement sur le territoire géorgien, mais aussi en dehors de ses frontières: en Palestine, à Chypre, au Mont Sinaï, aux Montagnes Noires, en Grèce, au Mont Athos, à Petritsoni (Bulgarie), en Macédoine,  en Thrace, en  Roumanie, en  Isaurie et à Constantinople.

La reine Tamara divinement guidée aboli la peine de mort et toutes les formes de torture physique.

L'observance régulière et secrète d'un régime d'ascèse rigoureux - le jeûne, un lit de pierre, et les litanies chantées pieds nus - prirent finalement leur péage sur la santé de la reine Tamara. Pendant longtemps, elle s'abstint de parler à quiconque au sujet de son état, mais quand la douleur devint insupportable, elle finit par demander de l'aide. Les meilleurs médecins de l'époque étaient incapables de diagnostiquer sa maladie, et toute la Géorgie fut saisie par la peur de la catastrophe. Tout le monde des petits aux grands pria avec ferveur pour la souveraine et le défenseur de la Géorgie. Les gens étaient prêts à offrir non seulement leur propre vie, mais même la vie de leurs enfants, pour le bien de leur souveraine bien-aimée.

Dieu envoya un signe à Tamara quand il fut prêt à la recevoir dans Son Royaume. Alors la pieuse souveraine fit ses adieux à sa cour et se tourna dans la prière vers une icône du Christ et vers la Croix vivifiante: "Seigneur Jésus-Christ! Omnipotent Maître des cieux et de la terre! A toi je remets la nation et le peuple qui ont été confiés à mes soins et rachetés par ton précieux sang, les enfants que tu as m'accordés, et à toi je rends mon âme, ô Seigneur! "

Le lieu de sépulture de la reine Tamara est resté un mystère jusques à ce jour. Certaines sources affirment que sa tombe se trouve dans Gelati, dans une branche de caveaux appartenant à la dynastie Bagrationi, tandis que d'autres soutiennent que ses saintes reliques sont conservées dans un coffre au monastère de la Sainte Croix de Jérusalem.

Exalté parmi les saints, ô sainte et juste reine Tamara, tu as érigé des églises au sommet des plus hauts sommets, renforcé les armées de la nation géorgienne craignant le Christ par tes prières, et vaincu les armées musulmanes de ta main droite. Intercéde auprès de Dieu Christ pour sauver nos âmes!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints 
Saint Herman of Alaska Brotherhood 
Platina, California, 2006
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire