Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

jeudi 26 mai 2016

Vénérable Euthyme du Mont Athos, le traducteur († 1028)

St. Ekvtime with his father, St. Ioane, on the left.

Saint Euthyme avec son père, saint Jean à gauche.


Mémoire le 13/26 mai



Le vénérable Euthyme (Ekvtime) du Mont Athos était le fils de Saint Jean (Ioane) du Mont Athos, commandant militaire pendant le règne du roi David Kouropalates, qui abandonna le monde pour entrer dans la vie monastique.

Alors que saint Jean œuvrait sur le Mont Olympe, l'empereur byzantin rendit une grande partie des terres géorgiennes conquises, mais en échange de ce bienfait, il ordonna que les enfants de certains aristocrates éminents soient pris à Constantinople comme caution.

Parmi ses otages était jeune fils de saint Jean, Euthyme.

Quand Jean découvrit que son fils était détenu en captivité à Constantinople, il partit immédiatement faire appel à l'empereur pour sa libération. Finalement, la demande de Jean fut accordée, et il prit Euthyme avec lui au monastère. Cependant, à cette époque, le jeune Euthyme avait déjà oublié sa langue maternelle.

Bientôt le nom de saint Jean fut connu dans tous les monastères du Mont Olympe, de sorte que ce père saint se retira avec son fils et plusieurs disciples au Mont Athos, à la laure de saint Athanase le Grand, pour échapper à l'hommage et à la louange.

Depuis sa jeunessee Euthyme avait reçu une grande grâce de l'Esprit Saint. Alors qu'il était encore enfant, il tomba profondément malade, et son père, perdant l'espoir dans son rétablissement, envoya un prêtre pour lui apporter la Sainte Communion. Puis il entra dans une église, s'agenouilla devant l'icône de la Mère de Dieu Très Sainte, et commença à prier pour son fils. Quand il retourna dans sa cellule, il fut accueilli par l'odeur agréable de la myrrhe et la vue de son fils, debout en parfaite santé.

Euthyme dit à son père qu'une magnifique reine lui était apparu et lui avait demandé, en géorgien, "Que t'est-il arrivé? Qu'est-ce qui t'as perturbé ainsi, Euthyme? "

"Je meurs, ma Reine", avait-il dit.

La reine l'embrassa alors, en disant: "Lève-toi, n'aie pas peur, mais parle librement dans ta langue maternelle géorgienne!"

Après cette guérison miraculeuse, la langue géorgienne coulait de la bouche d'Euthyme comme de l'eau se déversant à partir d'une source claire, et le jeune homme surpassa tous les autres en éloquence.

Iveron Monastery, Mt. Athos.

Monastère d'Iviron,au Mont Athos.

Le vénérable Jean rendit grandes grâces à Dieu, expliqua à son fils le sens de la vision: "Mon fils! Notre pays souffre d'une terrible pénurie de livres. Mais le Seigneur t'a accordé un don, et maintenant tu dois travailler avec diligence afin de récompenser plus abondamment le Seigneur. "

Saint Euthyme commença sa nouvelle tâche avec une grande joie et beaucoup de gens s'émerveillèrent de sa réussite. Saint Georges du Mont Athos a enregistré la vie de saint Euthyme, et son récit mentionne plus d'une cinquantaine d'œuvres qu'il traduisit à partir de l'original grec en géorgien.

Après la mort de saint Jean, Euthyme lui succéda comme higoumène du monastère d'Iviron sur le Mont Athos. (Saint Jean avait fondé le monastère d' Iviron avec saint Jean (Ioane-Tornike). Sa gouvernance du monastère apporta avec elle de nombreuses responsabilités, et Euthyme fut obligé de poursuivre ses traductions pendant la nuit.

Saint Euthyme accomplit de nombreux miracles. Un jour, alors que son père était encore vivant, Byzance fut frappée par une terrible sécheresse. La terre devint fissurée, les arbres et les vignes se flétrirent, et toute la végétation fut asséchée après quatre mois sans pluie. Saint Jean envoya Euthyme et ses frères à l'église du prophète Élie pour célébrer une agrypnie.  Lors de la lecture de l'Évangile, un nuage sombre se forma dans le ciel, et au moment ou Euthyme reçut la sainte communion, il commença à pleuvoir .

Un jour, lors de la fête de la Transfiguration, les fidèles du Mont Athos virent le Père Euthyme embrassé par le feu divin. La foule des témoins tomba à genoux devant lui, mais le saint les calma en disant: "N'ayez pas peur, mes frères, Dieu a abaissé son regard sur nous, et le Christ a glorifié Sa fête!"

Mais le Diable ne pouvait pas tolérer les pieux labeurs du vénérable Euthyme et de ses frères du monastère, donc il a convaincu un certain mendiant, qui ressemblait à un moine, de tuer le saint Père. Lorsque le tueur s'approcha de La cellule de Père Euthyme, deux moines bloquèrent son chemin. Alors l'assassin les a tailladés de son épée. En entendant le bruit, le père Euthyme est sorti et a donné la Sainte Communion à ses frères tombés au combat. Les deux moines furent mortellement blessés et couronnés comme des martyrs de l'Eglise, tandis que le tueur avoua son péché et il mourut, bien affligé dans son esprit.

Plus tard, un jardinier du monastère tenta de tuer saint Euthyme, mais quand il leva la main pour frapper le saint, elle fut asséchée tout à coup, et seules les prières du Père Euthyme purent le guérir.

Saint Euthyme œuvra comme higoumène du monastère d'Iviron sur le Mont Athos pendant quatorze ans. Ses travaux littéraires exigèrent beaucoup de temps et un grand effort, donc, selon la volonté de son père, il nomma son successeur, un certain Georges [Giorgi] (plus tard saint Georges du Mont Athos, le Bâtisseur). Puis il s'enferma dans sa cellule et se consacra exclusivement à ses traductions.

Un jour, l'empereur byzantin Constantin VIII (1027-1039) convoqua Père Euthyme à sa cour. Avant de partir pour Constantinople, le vénérable père rassembla ses frères, leur prépara un repas, et leur demanda leurs prières. Puis, juste avant qu'il ne parte pour son voyage, il rendit visite à son ami d'enfance, le staretz Théophane. Alors qu'ils se faisaient leurs adieux, Théophane l'embrassa en pleurant, criant: "Quelle peine que je souffre, ô Père saint, car je ne te reverrai pas dans la chair! "La prophétie du staretz fut bientôt accomplie.

L'empereur reçut saint Euthyme avec grand honneur. Le 8 mai, après la liturgie de la fête de Saint Jean le Théologien, saint Euthyme partit pour visiter un certain iconographe à qui il avait déjà commandé une icône. Il fut assis sur une jeune mule et envoyé sur son chemin. Mais le long de la route, il fut approché par un mendiant vêtu tout en noir, qui demanda l'aumône. Le vénérable père fouilla dans sa poche, mais quand la mule remarqua soudain l'homme étrange au bord du chemin, elle eut peur, fit une violente embardée, et projeta le Père saint  au sol, le tuant.

Tout Byzance pleura la mort de saint Euthyme. Ses reliques reposent dans l'église Saint-Jean-Baptiste au monastère d'Iveron au Mont Athos.

Souverain des chrétiens et maître de la divinité, étoile du monde et saint guide des hiérarques, ô très sage Euthyme, éclaire-nous par ton enseignement. Ô harpe de l'Esprit, prie le Christ Dieu d'avoir pitié de nos âmes!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire