Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 10 septembre 2016

Sainte Reine et martyre royale Suzanne [Chouchanik († 475)]



Mémoire le 28 août /10 septembre


Sainte Suzanne (Chouchanik) était l'épouse du prince géorgien Varsken, souverain [1] d'Hereti. Ayant été élevé dans une famille chrétienne pieuse, elle était profondément pénétré de l'amour et de la crainte de Dieu.

À ce moment-Kartli était sous forte pression politique de la Perse, et le prince Varsken rendit visite au roi perse Peroz dans l'espoir d'encourager des relations plus amicales entre les deux pays. Il renia volontairement la vraie foi, se convertit au culte du feu, et promit au roi de convertir sa femme et ses enfants à son retour en Hereti.

Ayant approché de la frontière d'Hereti, Varsken envoya des messagers à Tsurtavi, la ville qu'il gouvernait, pour que ses sujets viennent à sa rencontre avec le respect dû à son rang. La bienheureuse Suzanne, ayant appris la trahison de son mari, tomba au sol et pleura sur lui avec des larmes amères. Puis elle prit ses quatre enfants, déserta le palais, et chercha refuge dans une église voisine.

Ce soir-là Suzanne eut la visite de son père spirituel, le starter Jacques (Iakob), qui prédisit, "la cruauté et le manque de pitié de Varsken sont indéniables. Sache que de terribles épreuves t'attendent. Veux-tu être ferme et inflexible dans ta position? "

"Je préfère mourir que de m'unir avec lui et détruire mon âme!" Répondit-elle.
Trois jours plus tard, le prince arriva en Tsurtavi. Comme promis, il essaya de persuader sa femme de se convertir, mais sainte Suzanne répondit fermement: " De même que tu as renoncé à ton Créateur,  je renonce à toi. Je ne veux plus prendre part à tes affaires, quelle que soit la souffrance que je dois endurer! "
La fois suivante, Varsken envoya son jeune frère Jojik et l'évêque Apots pour convaincre Suzanne de retourner au palais. Suzanne refusa pendant un certain temps, mais à la fin elle céda à leur persuasion. Elle partit pour le palais avec le Saint Evangile et la Vie des Saints Martyrs, et quand elle arriva, elle s'enferma dans une cellule sordide.
Deux jours plus tard Varsken revint au palais et invita Shushanik, son frère Jojik, et sa sœur-frère pour le souper. La reine, cependant, ne pouvait se résoudre à partager un repas avec quelqu'un qui avait trahi le Christ: elle repoussa la tasse que la femme de Jojik lui avait offerte,  irritant encore davantage son mari.
Varsken furieux battit sa femme sans pitié, l'entrava dans les fers, l'enferma en prison, et interdit aux gardes de laisser quiconque la voir.
Sainte Suzanne passa six ans en captivité. Pendant qu'elle purgeait sa peine, elle aida les pauvres qui venaient à elle. Grâce à ses prières les malades furent guéris et des enfants naquirent chez celles qui étaient stériles.
Avant sa mort, la sainte martyre Suzanne bénis ceux autour d'elle et  demandé à être enterrée à l'endroit où son mari non-croyant l'avait traînée hors du palais.
Ceci advint en l'an 475. Le clergé et le peuple pleuraient amèrement sur le destin tragique de Suzanne. Ses reliques furent enterrées conformément à sa volonté.
En 578, avec la bénédiction du Catholicos Kirion I, les saintes reliques de sainte Suzanne furent transférées à Tbilissi, où elles demeurent aujourd'hui dans l'Eglise de la Très Sainte Génitrice de Dieu de Metekhi.

Ô sainte Suzanne, à cause de la transgression de ton époux, tu fus ornée d'une couronne de martyre, et tu refusas le rang de reine terrestre en faveur du Royaume céleste. Maintenant tu te tiens avec hardiesse devant l'Epoux, le Christ Immortel. Protége-nous, nous qui louons ton nom!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+



Note: [1] Comme l'Hereti (Province du Sud-Ouest de la Géorgie) était sous contrôle persan à l'époque, Varsken était en fait le viceroi au service des perses.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire