Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 21 janvier 2017

Saint martyr Abo de Tbilissi (+786)




8/21 janvier


Au 8e siècle, une armée sarrasine tyrannisa Kartli, premier pas vers l'annihilation de la nation géorgienne. Les envahisseurs étaient convaincus que le meilleur moyen de conquérir la Géorgie était de déraciner la foi chrétienne. Le peuple géorgien fut alarmé, et le clergé et les meilleurs fils de Kartli cherchèrent désespérément une solution à cette calamité. Beaucoup de sang fut versé en 766 quand les envahisseurs musulmans écrasèrent un soulèvement dans la région orientale de Kakhétie.

En 772, le calife Al-Mansour (754-775), insatisfait du gouverneur de la province de Kartli, le duc Nerses, l'appela à Bagdad. Nerses passa les trois années suivantes en captivité. Pendant ce temps, il fit la connaissance d'un parfumeur de dix-sept ans nommé Abo, et quand il fut libéré, il emmena Abo avec lui en Géorgie. Abo fut surpris par la grande piété du peuple géorgien, et il commença à apprendre la langue géorgienne, à assister aux offices divins, et à parler avec des prêtres locaux. Abo chercha de tout son cœur à devenir chrétien, et il fut finalement baptisé en Khazarie,alors qu'il était en compagnie du duc Nerses.

Plus tard, Abo accompagna la duc de Abkhazeti, pour échapper aux raids des Sarrasins. Découvrant une population entière des chrétiens louant Jésus-Christ du cœur et des lèvres, Abo remercia grandement Dieu d'avoir eu l'occasion de visiter cette région. Nerses ensuite retourna à Kartli, mais Abo resta à la demande du roi abkhaze, qui craignait que les Sarrasins ne torturent Abo pour sa foi fervente en Christ. Bientôt, cependant, Abo fut devenu agité et dit au roi: "Laisse-moi aller, et je déclarerai librement ma foi chrétienne à ceux qui haïssent le Christ!"

Abo œuvra à Tbilissi pendant trois ans, prêchant la foi chrétienne. Puis ses propres anciens compatriotes le trahirent et le capturèrent, mais il fut libéré peu de temps après, à la demande du duc Stepanoz.

Un nouvel émir fut nommé pour gouverner à Tbilissi, et quand les chrétiens apprirent qu'il complotait pour capturer Abo, ils le prièrent de dissimuler son identité. Mais Abo se réjouit simplement et leur dit: "Je suis prêt non seulement à être torturé pour le Christ, mais aussi à mourir pour Lui." Comme prévu, les serviteurs de l'émir capturèrent Abo et l'amenèrent devant un juge. Le juge tenta en vain d'attirer Abo à revenir à la foi de ses ancêtres. Puis, en colère, il ordonna qu'Abo soit jeté en prison et que ses mains et les pieds soient entravés dans des chaînes. Mais sa souffrance pour le Christ remplit le bienheureux Abo d'un amour encore plus grand, et il demanda à ses frères et sœurs chrétiens de vendre ses vêtements et d'utiliser l'argent gagné pour acheter des cierges et de l'encens pour les églises locales.

Le jour de son exécution, Abo se lava le visage, il l'oignit avec de l'huile sainte, communia aux Saints Dons, et se prépara pour sa mort, comme pour la préparation d'un festin. "Ne pleurez pas, mais réjouissez-vous, car je vais à mon Seigneur. Priez pour moi, et que la paix de Dieu vous protège", dit-il joyeusement aux chrétiens fidèles qui l'entouraient pendant ses dernières heures.

Quand son heure fut venue, saint Abo posa ses bras sur sa poitrine en forme de croix et joyeusement baissa la tête sous l'épée. Les bourreaux agitèrent leurs épées à trois reprises dans l'espoir de terrifier Abo pour qu'il renie le Christ, mais le bienheureux Abo fut inébranlable jusques à son dernier souffle. Enfin, convaincu que tous leurs efforts et ruses étaient vains, les bourreaux reçurent un signe et ils décapitèrent le saint Abo. Vaincus et honteux, les bourreaux impies d'Abo jetèrent son corps, ses vêtements, et la terre qui avait été trempé de son sang dans un sac, le traînèrent hors de la ville, et il le brûlèrent près de la rivière Mtkvari. Puis ils enveloppèrent ses cendres dans une peau de mouton et les jetèrent dans la rivière.

Dans la soirée, un signe fut donné d'en Haut. A côté de la falaise de Metekhi, près du pont, une étoile brillante était suspendue au-dessus de la rivière avec sa lumière se reflétant dans l'eau, là où les restes du saint reposaient. Plus tard, on construisit une chapelle en l'honneur de Saint-Abo sur la rive gauche de la rivière Mtkvari.

L'Eglise célèbre ta mémoire et ses enfants se rassemblent pour louer tes œuvres, ta vie victorieuse, et les eaux que tu sanctifias par ta mort. Ô saint Abo. joyau de tous les martyrs!


Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire