Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

mardi 31 janvier 2017

VÉNÉRABLE EPHREM (EPREM) LE MINIME, LE PHILOSOPHE († 1101)



Mémoire le 18/31 Janvier

Aujourd'hui on en sait peu sur la vie du vénérable Ephrem (Eprem) le Minime, le grand écrivain, traducteur, philosophe et défenseur de l'Eglise géorgienne du 11ème siècle. Son œuvres Réminiscences et d'autres sources, cependant, nous donnent les moyens de spéculer sur les grandes périodes de sa vie et sur ses travaux.

En 1027, lorsque le roi Bagrat IV (1027-1072) monta sur le trône géorgien, beaucoup de noblesde la région de Tao au sud de la Géorgie partirent en Grèce. Parmi eux se trouvait l'honorable Vatché, fils de Karitchi, qui, selon les érudits, était le père d'Ephrem.

Après avoir reçu une éducation grecque à Constantinople, Ephrem s'installa dans les Montagnes Noires près d'Antioche et commença ses labeurs spirituels.

Ses réalisations dans la littérature théologique et philosophique géorgienne sont incommensurables. Le nombre de ses œuvres est de presque une centaine, et les sujets couvrent presque tous les domaines de la recherche théologique. Ephrem a même développé sa propre théorie de la traduction, qui plus tard a formé la base de la composition écrite dans la langue géorgienne.

Sa théorie se compose de trois points essentiels: 1. Une composition doit être traduite de l'original, c'est-à-partir de la langue dans laquelle elle a été écrite. 2. La traduction doit porter la même signification littérale de l'original, mais la précision à cet égard ne doit pas violer la nature de la langue dans laquelle le texte est en cours de traduction.

3. Une section de commentaires qui examine toutes les questions pertinentes historiques, grammaticales et littéraires doit être incluse dans le texte traduit.

Ephrem traduisit cinq des œuvres de saint Denys l'Aréopagite, les Règles Ascétiques de saint Basile le Grand, les écrits de saint Ephrem le Syrien, des commentaires sur les épîtres et les Psaumes, et bon nombre d'autres écrits patristiques.

Parmi les œuvres originales Ephrem le minime, la plus importante est une Explication des riaonss de la conversion de la Géorgie, une compilation d'essais  et ses propres commentaires sur la conversion de la nation.

Dans la seconde moitié du 11ème siècle, les moines d'Antioche et de la Montagne Noire commencèrent à nier l'indépendance de l'Eglise géorgienne. Parmi les autres revendications, ils firent valoir qu'aucun des apôtres n'avait prêché la foi chrétienne en Géorgie. Il devint nécessaire de prouver que l'Eglise géorgienne était en effet autocéphale, et les membres de l'élite de la nation en conséquence appelèrent Ephrem pour régler cette question.

Ephrem étudia de nombreux écrits patristiques dans l'original grec, réunit les sources antiques, et réussit à pleinement assurer l'existence indépendante de l'Eglise géorgienne.

Saint Ephrem écrivit ce qui suit à propos de la prédication des Apôtres: "Sachez que depuis le temps des apôtres prêchaient, selon le prophète David: Leur voix a été entendue par toute la terre, et leurs paroles résonnaient dans chaque village (cf. Ps 18. : 4). En Géorgie, lAndré le Protoclyte (le Premier appelé) prêcha l'Évangile dans l'Avazgia (maintenant Abkhazeti), et de là il se rendit en l'Ossétie (maintenant Shida Kartli). Barthélemy prêcha également en Géorgie, dans la région de Kartli. "

Saint-Ephrem ne quitta jamais les Montagnes Noires. En 1091, il fut intronisé comme higoumène du monastère deKastana [1].

Notre saint père Ephrem reposa dans le Seigneur vers l'an 1101. Il est inclus dans la liste des défunts établie par le Conseil de Ruisi-Urbnisi en 1103, et l'année de sa mort a été estimée à partir des informations données dans cette source.

Ephrem a été glorifié par l'Église Orthodoxe de Géorgie en raison de sa   vie agréable à Dieu et des nombreuses œuvres louables qu'il a effectuées pour son Église et sa nation.

Ô étoile brillante, Ephrem le Minime, Père très honorable, ne cesse pas tes prières pour ceux qui célèbrent ta sainte mémoire!


Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Lives of the Georgian Saints

de
l'Archiprêtre Zakaria Machitadze

in


[1] L'emplacement précis de Kastana est inconnu, mais selon les archéologues modernes, c'était probablement dans les Montagnes Noires. Pour une discussion complète sur ce sujet, voir: Wachtang Z. Djobadze, Matériaux pour l'étude des monastères géorgiens dans les environs occidentaux d'Antioche sur l'Oronte (Louvain: Corpus Christianorum Scriptorum Orientalium, 1976), pp 101-3.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire