Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

mercredi 8 février 2017

SAINT DAVID (DAVIT) IV, LE BÂTISSEUR, ROI DE GEORGIE Et D'ABKHAZETI





Mémoire le 26 janvier/8 février

   A la fin du 11ème siècle l'Eglise géorgienne a subi une épreuve aux proportions physiquement et spirituellement catastrophiques.
      Le sultan seldjoukide, Jalal al-Dawla Malik Shah (1073-1092), captura le village de Samshvilde, emprisonna son gouvernant, Jean (Ioane) Orbeliani, fils de Liparit, ravagea Kvemo Kartli (inférieur), et finalement captura toute la Géorgie, en dépit des victoires isolées du roi Georges (Giorgi) II (1072-1089). Les Géorgiens fuirent leurs maisons, craignant de se cacher dans les montagnes et les forêts.
      Tenté et profondément affligé par les temps difficiles, la nation qui avait juré un jour son amour inconditionnel pour le Christ commença à tomber dans le péché et la corruption. Les gens de tous âges et tempéraments péchèrent contre Dieu et se tournèrent vers le chemin de la perdition. Dieu manifesta sa colère envers le peuple géorgien par l'envoi d'un terrible tremblement de terre qui dévasta leurs fêtes pascales.
      En l'an 1089, au cours de cette période de désolation et de désespoir, le roi Georges II abdiqua, en désignant son fils unique de seize ans, David (Davit) (plus tard connu comme "le Restaurateur"), comme héritier du trône. Il est écrit que le Père céleste a dit: J'ai trouvé David, mon serviteur, avec mon huile sainte je l'ai oint (Ps. 88:19).
      Le nouveau roi couronné David prit sur lui une responsabilité énorme pour le bien de l'Eglise. Il appuya les efforts déployés par le Concile de Ruisi-Urbnisi pour restaurer et renforcer l'autorité de l'Eglise géorgienne et supprimer les seigneurs féodaux et ecclésiastiques vaniteux et indignes. Pendant le règne du roi David, les activités les plus importantes du gouvernement furent réalisées au profit de l'Eglise. Dans le même temps, le Concile de Ruisi-Urbnisi réaffirma le rôle essentiel de la foi orthodoxe pour sauver le peuple géorgien du bourbier impie dans lequel il avait coulé.
      Au premier rang des objectifs du roi David au début de son règne, fut le rapatriement de ceux qui avaient fui la Géorgie sous la domination turque. Le roi appela ses nobles et commença à réunifier le pays. Les efforts du roi pour réunifier la Géorgie commencèrent dans la région orientale de Kakhétie-Hereti, mais les Turcs et les seigneurs féodaux traîtres n'étaient pas disposés à céder le pouvoir qu'ils avaient acquis dans la région. Néanmoins, l'armée du roi David était dans les mains de Dieu, et les Géorgiens combattirent vaillamment contre la massive armée turque. Le roi David lui-même, se battit comme n'importe quel autre soldat: trois de ses chevaux furent tués, mais il en enfourcha un quatrième pour terminer le combat par une victoire fantastique. La présence turque fut éliminée de son pays.
      Bientôt, cependant, l'intransigeant sultan seldjoukide Mehmed (Muhammad) I de Bagdad (1105-1118) ordonna à une armée de 100.000 soldats de marcher sur la Géorgie. Quand le roi David entendit parler de l'approche de l'ennemi, il réunit immédiatement un groupe de quinze cents hommes et les conduisit vers Trialeti. Une bataille commença tôt le matin, et avec l'aide de Dieu l'ennemi fut vaincu. Simultanément, le conseiller du roi, Georges de Tchqondidi, (Giorgi Tchqondidi était le précepteur du roi David et son plus proche conseiller). Il occupa le poste de chancelier-procureur. Au Concile de Ruisi-Urbnisi, le roi David introduisit une nouvelle loi, en combinant la fonction de chancelier-procureur avec l'archevêché de Tchqondidi, épiscopat le plus influent en Géorgie.) reprit la ville de Rustavi, et en 1115, l'armée géorgienne récupéra le ravin de la rivière Mtkvari. Un an plus tard, les Turcs, qui avaient campé entre les villes de Karnipori et Basiani, furent bannis du pays. Les "grandes guerres" continuèrent, et le saint roi fut couronné de nouvelles victoires. Le fils de David Démètre  (plus tard, le vénérable Damien [Damiane]), jeune homme distingué en "sagesse, sainteté, apparence et  courage", fut un grand atout pour son père. Le prince mena une guerre contre  Shirvan, captura Kaladzori, et retourna vers son père avec des esclaves et de grandes richesses, le butin de guerre à cette époque. Un an plus tard, les villages de Lore et Agarani furent joints à la Géorgie.
      En dépit de ses victoires, le roi David savait qu'il serait difficile pour sa maigre armée de protéger les villes et les forteresses récupérés, tout en continuant à servir comme force militaire permanente. Ainsi, il devint nécessaire d'établir une armée permanente distincte. Le sage roi prévit de recruter des hommes parmi les Qiptchaks, tribu du nord du Caucase, pour former cette armée. Il connaissait bien le caractère de ces peuples, et était convaincu qu'ils étaient courageux et expérimentés dans la guerre. En outre, la femme de David, la reine Gurandukhti, était la fille d'Atrak, chef des Qipchaks. Atrak  accepta joyeusement la demande du roi son gendre.
      Comme un vrai diplomate, cherchant à maintenir des relations pacifiques avec les Qiptchaks, le roi David prit son conseiller, Georges Tchqondidi, et se rendit dans la région de l'Ossétie au Caucase du Nord. Là, Georges Tchqondidi, "conseiller de son maître et participant à ses grands travaux et victoires", reposa dans le Seigneur. Suite à cela, le roi David découragé déclara que son royaume prendrait le deuil pendant quarante jours. Mais il accomplit ce qu'il avait prévu de faire, et sélectionna 40.000 Qiptchaks à ajouter aux cinq mille soldats géorgiens qu'il avait déjà enrôlés. Dès ce moment, le roi David eut une armée permanente de 45.000 hommes.
      L'immense armée du roi éradiqua finalement en permanence la présence turque dans et autour de la Géorgie. Les Turcs vaincus retournèrent dans la honte vers leur sultan de Bagdad, drapés de noir en signe de deuil et de  défaite. Néanmoins, le sultan Mahmoud II (1118-1131), inflexible rassembla une coalition de pays musulmans pour attaquer la Géorgie. Le sultan convoqua le chef arabe Durbays bin Sadaka, ordonna à son propre fils Malik (1152-1153) de le servir, rassembla une armée de 600.000 hommes, et marcha encore une fois vers la Géorgie.
      C'était en août  1121. Avant de partir à la bataille, le roi David inspira son armée en ces termes: "Soldats du Christ! Si nous nous battons avec courage pour notre foi, nous ne vaincrons pas seulement les serviteurs du Diable, mais le Diable lui-même. Nous allons gagner la plus grande arme de guerre spirituelle quand nous ferons une alliance avec le Dieu Tout-Puissant et le vœu que nous préférons mourir pour Son amour plutôt que de fuir l'ennemi. Et si l'un d'entre nous veut faire retraite, prenons des branches et bloquons l'entrée de la gorge pour l'en empêcher. Quand l'ennemi approche, attaquons férocement! "
      Aucun des soldats ne pensait de battre en retraite. La tactique de combat superbe du roi de et les miracles de Dieu terrifièrent l'ennemi. Comme il est écrit: "La main de Dieu lui donna le pouvoir, et le mégalomartyr Georges le conduisit invisiblement dans la bataille. Le roi anéantit l'ennemi impie avec sa dextre puissante. "
      La bataille de Didgori affaiblit l'ennemi pendant de nombreuses années. L'année suivante, en 1122, le roi David repris la capitale de Tbilissi, qui avait supporté le joug de l'esclavage pendant quatre cents ans. Le roi revint de la ville à sa mère patrie. En 1123 le roi David déclaré le village de Dmanissi possession géorgienne, et donc, enfin, l'unification du pays fut complète.
      Une victoire suivit une autre, tandis que le Seigneur défendait le roi qui  glorifiait son Créateur.
      En 1106 le roi David avait commencé la construction du monastère de Gelati dans l'ouest de la Géorgie, et tout au long de sa vie, ce complexe sacré était au centre de ses efforts en faveur de la renaissance de l'Eglise géorgienne. Le monastère de Gelati était le plus glorieux de tous les temples de Dieu existants. Pour embellir le bâtiment, le roi David offrit beaucoup de grands trésors qu'il avait acquis comme butin de guerre. Puis il rassembla tous les sages, les hommes intègres, généreux et pieux parmi ses parents et ceux de l'étranger et il établit l'Académie théologique de Gelati. Le roi David aida beaucoup de gens dans les églises géorgiennes tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de son royaume. Le roi bienveillant construisit une ambulance primitive pour les malades et fournissait toutes les conditions nécessaires à leur rétablissement. Il visitait les malades, les encourageait et prenait soin d'eux comme un père. Le roi avait toujours avec lui un petit sac dans lequel il faisait l'aumône aux pauvres.
      Le roi intelligence et bien éduqué passait son temps libre à lire les Saintes Écritures et à l'étude des sciences. Il emportait même ses livres avec lui à la guerre, en sollicitant l'aide des ânes et des chameaux pour transporter sa bibliothèque. Quand il était fatigué de lire, le roi David demandait à d'autres de lire pour lui, alors qu'il écoutait attentivement. Un des biographes du roi se souvient: "Chaque fois que David finissait de lire les épîtres, il mettait un signe sur la dernière page. Au bout d'un an, nous avons compté qu'il les avait lu vingt-quatre fois. "
  Le  roi  David était aussi un écrivain exemplaire. Ses "Cantiques du repentir" sont égaux en mérite aux œuvres des plus grands écrivains de l'Eglise.
      Ce roi géorgien très vaillant, puissant et juste quitta ses héritiers par une confession brillante quand il mourut. Il rappela tous les péchés qu'il avait commis avec des lamentations profonde et implora le Dieu Tout-Puissant pour [obtenir] le pardon.
Le roi David termina son testament en 1125, et dans la même année, il  abdiqua et désigna son fils Démètre pour être son successeur. Il confia à son fils une épée, bénit son avenir, et lui souhaita de nombreuses années en bonne santé et au service du Seigneur. Le roi reposa paisiblement en Christ à l'âge de 53 ans.
      Saint David le restaurateur fut enterré à l'entrée du monastère de Gelati. Son testament fut sculpté dans la pierre de sa tombe: Ceci est mon repos pour toujours et à jamais, ici j'habiterai, car je l'ai choisie [Sion] (Ps. 131:15).

Ô Seigneur, les miracles que tu accomplis par Ton roi orthodoxe David, sont incompréhensibles aux hommes. Tu l'as glorifié pour l'Amour de Ton Nom quand ses victoires brillantes rachetèrent la terre géorgienne des infidèles sarrasins. Tu glorifias saint David par des actes miraculeux et par ces actes accorde à nos âmes grande miséricorde!



Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire