Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 25 février 2017

Saints Pères Prokhore le Géorgien, Luc (Luka Mukhaidzé) de Jérusalem, Nicolas (Nikoloz Dvali), et les saints Pères des monastères géorgiens à Jérusalem

Holy Fathers Prokhore the Georgian, Luka (Mukhaidze) of Jerusalem, Nikoloz Dvali, аnd the Holy Fathers of the Georgian Monasteries in Jerusalem

Fête le 12/ 25 Février

      Saint Prokhore le Géorgien, descendant de la noble famille Chavteli, naquit à la fin du 10ème siècle et grandit dans un monastère. Quand il atteignit l'âge d'homme, il fut ordonné hiéromoine et œuvra pendant un an à la Laure de Saint-Sabbas à Jérusalem. Puis, avec la bénédiction de son père spirituel Euthyme (Ekvtime Grdzéli), il commença la reconstruction du monastère géorgien de la Sainte Croix près de Jérusalem.
      Selon la tradition, à cet endroit du terrain, le neveu d'Abraham avait planté trois arbres-un cyprès, un pin et un cèdre. Finalement, ces trois arbres grandirent miraculeusement pour devenir un grand arbre. Quand le Temple de Salomon fut construit, cet arbre fut abattu, mais resta inutilisé. Il est dit que la Croix sur laquelle le Christ notre Sauveur fut crucifié a été faite à partir du bois de cet arbre.
      Au 4ème siècle, le terrain sur lequel l'arbre miraculeux avait grandi fut présenté au saint roi Mirian, premier roi chrétien de Géorgie. Ensuite, au 5ème siècle, sous le règne de saint roi Vakhtang Gorgasali, le monastère de le Sainte-Croix fut fondé sur cette terre. Le monastère fut détruit à plusieurs reprises entre les 7e et 9e siècles.
      Enfin, au 11ème siècle, roi Bagrat Kouropalates offrit une grande partie de sa fortune à l'higoumène Prokhore pour la restauration du monastère. Saint Prokhore embellit le monastère, puis réunit 80 moines et établit le typicon (la règle monastique), pour la collectivité en conformité avec celui de la Laure de Saint-Sabbas.
      Lorsque saint Prokhore eut œuvré longtemps et vécu jusques à un âge avancé, il choisi son disciple Georges (Giorgi) pour être l'higoumène suivant du monastère.
      Puis il partit pour le désert avec deux de ses disciples, et après un certain temps le moine pieux rendit son âme à Dieu.
      Au-delà de cela, on en sait peu sur la vie de saint Prokhore. Selon les chercheurs et des savants géorgiens, il était probablement né entre 985 et 990. Il a passé les années 1010 à 1015 à Jérusalem, et œuvré à la Laure de Saint-Sabbas jusques en 1025. Il reposa en Christ dans l'année 1066,  âgé de 76 ou 81 and.
      Le saint martyr Luc (Luka) de Jérusalem vécut au 13ème siècle. Il naquit dans une honorable et pieuse famille géorgienne du nom de Mukhaisdzé. Après le repos en Christ du père de Luc, sa mère quitta ses enfants et s'en alla œuvrer dans un monastère à Jérusalem.
      Lorsque Luc atteignit l'âge de vingt ans, il set rendit à Jérusalem pour rendre visite à sa mère et vénérer les lieux saints. Après y avoir passé quelque temps, il décida de rester et d'être tonsuré moine. Il fut ensuite ordonné diacre et parla couramment l'arabe. Bientôt les frères du monastère reconnurent sa sagesse et lui demandèrent de les guider comme higoumène. Pendant trois ans, Luc dirigea le monastère d'une manière exemplaire.
      Mais le Diable était envieux du saint-père et il incita un certain Shekh-Khidar, un persan influent à la cour du sultan Pendoucht, (Probablement le Sultan Zakhir-Roukedin-Baibars-Bundukdar d'Egypte (1260-1277) à prendre les armes contre saint Luc. Le sultan Pendoucht transféra ensuite la possession du Monastère de la Sainte Croix à Shekh-Khidar, qui "traita les moines géorgiens d'une manière bestiale et enfin les évinça tout à fait du monastère." Accomplissant son devoir donné par Dieu, le bienheureux Luc insista personnellement  pour faire face à Shekh-Khidar dans la défense de sa fraternité.
      Les frères et sœurs chrétiens avertirent Luc, en disant: "Shekh-Khidar te menace... Fuis et cache-toi à ses yeux!" Mais Luc ne prêta aucune attention à leurs remontrances, certain qu'il était plus approprié de mourir pour le Christ que de vivre pour le monde. Comme il avait insisté, il s'approcha personnellement de Shekh-Khidar et demanda la libération des pères emprisonnés.
      Luc lui a dit qu'il était prêt à accepter toutes les demandes. Le méchant chef perse ne demanda rien de Luc, sauf qu'il se convertisse à l'islam, en promettant de le faire émir s'il y consentait. Quand il refusa, le furieux Shekh-Khidar ordonna la décapitation de saint Luc.
      Après que l'acte terrible eut été effectué, la tête coupée de saint Luc se tourna vers l'est et rendit grâce à Dieu avec une expression de pure paix. Peu de temps après, son corps précieux fut livré au feu à la commande de la Shekh-Khidar perplexe. Cela se produisit en 1277. 
Saint Nicolas (Nikoloz Dvali) le martyr naquit à la fin du 13ème siècle chez un couple qui craignait Dieu et qui dirigea son chemin vers la vie spirituelle.
      À l'âge de douze ans Nicolas se rendit au désert de Klarjeti et il fut tonsuré moine. De là, il fit un pèlerinage à Jérusalem et resta dans la ville sainte, s'installant au monastère de le Sainte Croix. Brûlant de désir pour la vie apostolique, le moine Nicolas était déterminé à mourir en martyr.
      A Jérusalem, un groupe d'hommes impies arrêta et tortura Saint Nicolas pour avoir confessé publiquement la foi chrétienne, mais un groupe de chrétiens réussit à le sauver de la prison. Puis, en conformité avec le conseil de l'higoumène, saint Nicolas partit dans un monastère géorgien de Chypre. Là, le pieux moine implora le Seigneur de le rendre digne de la couronne du martyre. Un jour, alors qu'il priait devant l'icône de saint Jean-Baptiste, il entendit une voix disant: "Nicolas! Lève-toi et va à Jérusalem. Tu y trouveras un moine géorgien qui t'enseignera la voie de la justice et t'encouragera sur la voie du martyre. Il a été nommé pour te guider. "
      En conséquence, saint Nicolas retourna à Jérusalem, rencontra le moine que Dieu avait nommé, et l'informa de ce qui avait été révélé. La Très Sainte Génitrice de Dieu et saint Jean-Baptiste apparurent au père spirituel de saint Nicolas, qui priait intensément pour obtenir des conseils, et ils lui dirent que c'était la volonté du Seigneur pour Nicolas de se rendre à Damas.
      Alors à Damas, le Père saint entra dans une mosquée et confessé ouvertement le Christ comme Sauveur, réprouvant les personnes présentes pour leur folie. Les musulmans en colère saisirent saint Nicolas, le battirent, et le jetèrent en prison. Après une grande lutte, le Métropolite et les chrétiens locaux réussirent à le récupérer en captivité, mais il retourna immédiatement vers les musulmans et recommença à dénoncer leurs manières impies. Encore une fois ils le battirent sans pitié, lui donnèrent cinq cents coups de fouet, et le jetèrent en prison pour la deuxième fois. Mais les blessures du saint martyr furent guéries par l'intercession miraculeuse de saint Jean-Baptiste, et après deux mois, il fut libéré de prison.
      Par hasard, l'émir de la ville aperçut saint Nicolas alors qu'il se préparait à retourner à Jérusalem. L'émir le reconnut et l'envoya à Dengiz, l'émir des émirs. Dengiz le flatta et lui offrit de se convertir à l'Islam, mais saint Nicolas défendit vaillamment sa foi en Christ. En réponse, Dengiz ordonna son exécution.
      A l'heure dite par Dengiz, le bienheureux martyr tourné vers l'est, dans la joie inclina son cou sous l'épée, et pria: "Gloire à Toi, ô Christ notre Dieu, Qui m'a jugé digne de mourir pour l'amour de Ton Nom." L'épée transperça le cou, mais la tête coupée glorifia Dieu sept fois, en criant: "Gloire à Toi, ô Christ notre Dieu!"
      Les Perses brûlèrent le corps du saint, et pendant trois jours une colonne de lumière brilla à l'endroit où il reposait.
      Lorsque père spirituel de saint Nicolas entendit parler de son martyre, il pria Dieu de lui révéler si Nicolas serait compté parmi les saints. Puis un jour, alors qu'il lisait, il eut une vision d'une multitude de saints debout au sommet d'une montagne, illuminée et entourée d'un nuage d'encens. Parmi eux, le grand martyr Georges brillait d'un éclat particulièrement vif, et il appelait saint Nicolas, en disant: "Nicolas! Viens voir le moine, ton père spirituel. Il a versé beaucoup de larmes pour toi. "
      Nicolas salua son père spirituel, en disant: "Me voici, et l'endroit où je suis, et à partir de ce jour, cesse  de t'affliger pour moi."
      Saint Nicolas Dvali fut torturé à mort le mardi 19 octobre, en l'an 1314. L'Eglise géorgienne continue à lui rendre hommage à cette date.

En recherchant leur protection. l'Eglise honore les saints Pères Prokhore, Luc, Nicolas et tous les Pères craignant Dieu qui ont œuvré aux monastères géorgiens de Jérusalem, et qui, par leurs vies de justes sont montés aux Cieux. Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire