Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

mercredi 29 mars 2017

Saint Ambroise (Ambrosi) le Confesseur, Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie († 1927)



Fête le 16/29 Mars

Saint Ambroise (Ambrosi) le Confesseur (dans le monde Besarion Khélaia) est né en 1861. Il fit ses études primaires à l'école de théologie de Samegrelo et futt diplômé du Séminaire de Tbilissi en 1885. Il fut diplômé et ordonné prêtre la même année. Père Ambroise servit comme prêtre à Soukhoumi (Géorgie du nord-ouest) pendant huit ans, en même temps, enseigna la langue géorgienne dans les écoles et dirigea l'activité de plusieurs sociétés philanthropiques. En 1896, il futt veuf, et en 1897, il s'inscrivit à l'Académie théologique de Kazan.

Tandis qu'il était à Kazan, Père Ambroise suivit à la fois la vie littéraire et culturelle de la ville et le mouvement pour l'indépendance nationale géorgienne avec beaucoup d'intérêt. Il étudié l'histoire de la Géorgie auprès de sources primaires et composa plusieurs essais sur la base de ses conclusions. Son essai, intitulé "La lutte entre le christianisme et l'islam en Géorgie", fut si convaincant pour un professeur qu'il recommanda que le Père Ambroise continue à explorer ce thème et présente ses recherches pour une maîtrise.

En 1901 Père Ambroise termina ses études à l'Académie théologique de Kazan, et dans la même année, il fut tonsuré moine et retourna en Géorgie. En collaboration avec les plus grands fils de sa nation, il se battit sans relâche pour l'autocéphalie de l'Église orthodoxe géorgienne. En tant que punition pour son engagement sans compromis dans cet objectif, Père Ambroise fut exilé en Russie en 1905.

À son retour en Géorgie, il fut élevé au rang d'archimandrite et nommé higoumène du monastère de Tchélishi. Le monastère de Tchelishi avait un certain temps été un centre de formation théologique en Géorgie, mais plusieurs années s'étaient écoulées depuis lors et le corps étudiant du monastère s'était réduit rapidement. Avant peu, il serait complètement désert. Mais avec la bénédiction de l'évêque d'Imereti Léonide (plus tard Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie), saint Ambroise rassembla un certain nombre de jeunes gens doués pour étudier au séminaire et il commença à les instruire dans la psalmodie et la lecture de l'Evangile.

Saint Ambroise consacra beaucoup de son temps et de son énergie à trouver et à restaurer les manuscrits anciens du monastère de Tchelishi. Un jour, en passant par la cour du monastère, il entendit un bruit sourd venant de sous la terre. Il commença à creuser à cet endroit et découvrit une copie ancienne des Saints Évangiles. C'était l'Evangile de Tchelishi, célèbre relique géorgienne du 9ème ou 10ème siècle.

Bientôt saint Ambroise rejoignit le Conseil synodal de Tbilissi et fut intronisé comme higoumène du monastère de la Sainte Transfiguration à Tbilissi. Mais en 1908, il fut accusé d'avoir conspiré dans l'assassinat de l'exarque Nikon et privé du droit de servir dans l'Église. Les procureurs l'exilèrent au monastère de la Sainte Trinité à Riazan, où il passé plus d'un an sous bonne garde. En 1910, saint Ambroise fut acquitté et à nouveau autorisé à servir dans l'Église.

En 1917, l'archimandrite Ambroise retourna en Géorgie et rejoignit la lutte pour une Eglise autocéphale géorgienne. En quelques mois, l'autocéphalie de l'Église fut proclamée. Il fut consacré Métropolite de Tchqondidi, plus tard, transféré dans la région de Tskoum-Abkhazeti. En 1921, saint Ambroise fut intronisé Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie.

Le gouvernement soviétique commença à persécuter l'Église peu de temps après l'intronisation de saint Ambroise. Quelque 1.200 églises furent pillées, converties à d'autres fins, ou détruites. Un grand nombre de membres du clergé furent arrêtés, exilés, et plus tard fusillés.

Le 7 Février 1922, le Catholicos-Patriarche Ambroise, père spirituel et pasteur en chef de sa nation, envoya une note aux participants à la Conférence de Gênes [1] dans laquelle il défendit les droits de l'Église géorgienne et de la nation. Chaque mot de son pourvoi fut pénétré de détresse pour le sort non seulement de sa patrie, mais de l'humanité tout entière. Saint Ambroise assura son auditoire qu'une nation et un gouvernement privés de vertu chrétienne n'aurait pas d'avenir et il plaida en faveur de l'aide en ce temps de malheur.

La réception d'un tel protocole était sans précédent pour le régime bolchevique, et en réponse les fonctionnaires firent arrêter saint Ambroise. Néanmoins, il critiqua courageusement la complaisance du gouvernement envers des actes de criminalité, d'injustice, et de sacrilège.

En réponse à l'un des interrogatoires bolcheviques, le Patriarche affirma: " La confession de foi est une nécessité spirituelle pour chaque nation - la persécution augmente sa nécessité. La foi s'approfondit, se contracte et accumulée, elle éclate avec une nouvelle énergie. Il en fut ainsi dans le passé, et il en sera ainsi dans notre pays. La Géorgie ne fait pas exception à cette loi universelle. "

Saint Ambroise dit ces dernières paroles remarquables à ses persécuteurs: "Mon âme appartient à Dieu, mon cœur à ma patrie, et ma chair vous pouvez en faire ce que vous voulez." Le tribunal condamna le Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie à sept ans , neuf mois et 28 jours de prison.

À la fin de 1924, saint Ambroise et les autres membres du Conseil synodal furent amnistiés, mais leur expérience douloureuse avait déjà pris son péage. Le troupeau géorgien perdit son fidèle berger en 1927.

En 1995, la  vie du Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie Ambroise (Khelaia) fut discutée lors d'un conseil élargi du Saint-Synode de l'Eglise géorgienne. En reconnaissance de ses grandes réalisations pour le compte de l'Eglise et de la nation, Ambroise fut glorifié (canonisé) comme "Saint Ambroise le Confesseur. "

De tes lèvres, ô hiérarque Ambroise craignant Dieu, le Saint-Esprit prononça des paroles de grâce. Prie pour nous, afin que le Saint-Esprit purifie nos âmes!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+



Notes
[1] En 1922, les représentants de 34 pays se sont réunis à Gênes en Italie pour discuter de la reconstruction économique de l'Europe centrale et orientale et d'améliorer les relations entre l'Union soviétique et en Europe occidentale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire