Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

mercredi 24 mai 2017

Bienheureux Kristesia, appelé Christophe (Kristepore) († 1771)



Mémoire le 11/24 mai

La famille du bienheureux Kristesia était d'Egrisi dans l'ouest de la Géorgie. Dès sa jeunesse, Kristesia aspirait à assister aux services religieux et à la vie solitaire, mais il fut forcé par son maître de se marier, et par ce mariage, il engendra un fils. Plus tard, quand sa femme et son fils furent morts, son maître ainsista pour qu'il se remarie, mais le  pieux Kristesia n'obéit pas à l'ordre de son maître.

Au lieu de cela, il rapporta l'ordre de son père spirituel, qui lui conseillait de s'écarter du monde et de voyager vers le désert de Davit-Gareji. Profondément inspiré par l'avocat de son père spirituel, Kristesia abandonné ses biens et sa vie dans le monde et se retira au monastère de Saint-Jean-Baptiste dans le désert Davit-Gareji.

Le saint Père passa de nombreuses années dans l'humble service au Seigneur. Il fut affecté à ramasser du bois et à apporter de l'eau pour le monastère, et il effectua ces tâches avec une obéissance et une humilité parfaite. Chaque jour, il marchait sur quatre miles pour remplir une cruche d'eau puis la portait à une petite cabane à proximité. Il accrochait la cruche à l'entrée pour la rendre visible de loin, et les voyageurs qui passaient par là venaient pour y étancher leur soif. Il s'occupait également d'un petit potager pour nourrir les passants. Chaque samedi, il préparait les collybes (un plat de blé et de miel traditionnellement offert pour commémorer les défunts) et le divisait en trois parties: une partie commémorait la famille et les proches de ceux qui avaient donné le blé et le miel, la seconde les pères décédés du monastère, et la dernière, tous les chrétiens orthodoxes défunts.

Cela perturbait toujours saint Kristesia de voir ses frères et sœurs opposés les uns aux autres, alors quand il apprenait que deux personnes se disputaient, il allait les réconcilier. "Mes enfants!" disait-il: "Si vous n'observez pas mes paroles, je partirai chagriné, et le Diable, qui est toujours résistant à la paix, se réjouira et enverra plus de tribulations sur vous. Je suis venu à vous ayant faim, et je m'en irai avec la faim! "Ses paroles réchauffaient les cœurs de ceux qu'il conseillait et les aidaient à se réconcilier.

Une chaude soirée après les vêpres, saint Kristesia partit à pied pour un certain village. Il partit dans la pénombre, et quand la nuit fut tombée, le ciel était sans lune et extraordinairement sombre. Avant longtemps, il devint difficile de marcher plus loin, aussi saint Kristesia s'arrêta pour prier, et une lumière vive apparut devant lui pour éclairer le chemin. La lumière divine le guida tout au long de la nuit, jusqu'à ce qu'il atteigne le village de Sartichala.

La cellule de saint Kristesia était pauvre et exiguë. Il dormait sur un lit de planches de bois qu'il couvrait en peau de mouton, et en guise d'oreiller, il posait sa tête sur une pierre. Le pieux ascète portait un manteau en peau de mouton et des sandales d'écorce. Tout ce qu'il recevait, il le donnait aux pauvres. Après avoir placé une confiance totale en Dieu, il ne se permettrait pas de se soucier du lendemain, et il ne prenait pas la peine de stocker de la nourriture ou des fournitures pour les durs mois d'hiver.

Père Kristesia était déjà avancé en âge quand il fut tonsuré moine et reçut le nouveau nom de Christophe. Il reposa paisiblement en Christ en 1771, à l'âge de quatre-vingts ans.

Ô saint Père Christophe, supplie ton bien-aimé Christ Dieu d'avoir pitié de nos âmes!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006
+

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire