Biographies des héros spirituels de la terre de Géorgie, moniales, moines, ascètes, martyrs, clercs ou laïcs qui ont fait briller sur elle la Lumière du Christ!

samedi 20 mai 2017

Vénérable Jean (Ioane) de Zedazeni et ses douze disciples (6ème siècle)

St. Ioane of Zedazeni

Mémoire le 7/20 mai

Notre saint Père Jean (Ioane) de Zedazeni et ses douze disciples, Habib (Abibos) de Nekresi, Antoine (Anton) de Martqopi, David (Davit) de Gareji, Zénon de Iqalto, Thaddée (Tadeos) de Stepantsminda, Jesse (Ise) de Tsilkani, Joseph (Ioseb) d'Alaverdi, Isidore de Samtavisi, Michel (Mikael) d' Ouloumbo, Pyrrhus (Piros) de Breti , Stephane (Stepane) de Khirsa et Shio de Mgvime, étaient des ascètes syriens et les pères fondateurs de la vie monastique géorgienne. 
Saint Ioane reçut son éducation spirituelle à Antioche. Très tôt dans sa jeunesse, il fut tonsuré moine et se retira dans le désert. Le Seigneur, en reconnaissance de son humilité, de sa diligence dans le jeûne et de sa vigilance dévote, bénit son fidèle serviteur avec le don de guérir les malades et de chasser les démons. Saint Jean fut célébré pour ses actes et ses saints miracles. Des foules curieuses étaient comme un essaim autour de lui, et après quelque temps, il jugea nécessaire de se retirer dans une solitude encore plus profonde. Emmenant avec lui plusieurs de ses disciples, il choisi une région éloignée, façonna pour lui-même une cellule, et commença à œuvrer comme ermite.

Un jour, la Très Sainte Génitrice de Dieu apparut à saint Jean et lui dit: "Prends douze moines et va avec eux en Géorgie, la nation éclairée par Nina Egale-aux-Apôtres, et affermis l'âme chrétienne de son peuple." Saint Ioane relata cette vision à ses disciples, et après beaucoup de jeûne et de prière, il choisit douze d'entre eux: Habib, Antoine, David, Zénon, Thaddée, Jesse, Joseph, Isidore, Michel, Pyrrhus, Stéphane et Shio. Il laissa ses disciples restants dans le désert sous la garde de l'higoumène, le bienheureux staretz Euthyme (Ekvtime), et partit pour la Géorgie avec les douze moines qu'il avait choisis.

Par révélation divine le roi géorgien Parsman et le Catholicos Evlavios (Dévot) reçurent la bonne nouvelle que les vénérables pères étaient en Mésopotamie, sur le chemin de la Géorgie, et ils s'empressèrent de les accueillir avec les honneurs appropriés. Le roi Parsman et le Catholicos Evlavios rencontré les saints Pères comme ils s'approchaient de Mtskheta.

Les saints Pères vénérèrent le Bois myrrhoblyte diffusion du Pilier Vivant et la tunique de Jésus Christ à la cathédrale de Svetitskhoveli. De là saint Jean et ses disciples voyagèrent dans toute la Géorgie, visitant ses nombreux lieux saints.

Avec la bénédiction du Catholicos Evlavios, saint Jean et ses disciples s'installèrent sur le Mont Zedazeni, où un temple païen à l'idole Zadeni avait été érigé autrefois. Les moines vivaient dans les cellules misérables, ne mangeant que des plantes et priant sans cesse.

Ayant entendu parler des efforts spirituels de saint Jean et de ses disciples, les croyants chrétiens commencèrent à affluer vers le Mont Zedazeni. Beaucoup brûlaient avec nostalgie de rejoindre la vie monastique, et certains abandonnèrent le monde pour rejoindre les saints Pères à Zedazeni. De cette façon, le Mont Zedazeni fut transformé en une demeure d'ermites.

Une nuit, la Très Sainte Génitrice de Dieu apparut de nouveau à saint Jean et lui donna l'ordre d'envoyer ses disciples à travers le pays pour prêcher la Parole de Dieu. Dans la matinée, après avoir raconté la vision à ses disciples, saint Ioane leur donna ce conseil: "Notre Seigneur Jésus-Christ nous a envoyés pour accomplir de bonnes actions pour ce pays et son peuple, car ce sont des graines nouvellement plantées dans la foi chrétienne. Par conséquent, nous irons de l'avant, chacun dans sa propre direction, pour prêcher la Parole de Dieu! "

Saint Jean resta à Zedazeni et il vaqua à ses travaux habituels encompagnie du  diacre Elie (Ilia). Le Mont Zedazeni  était sans eau, mais saint Jean pria Dieu pour avoir une source, et le Seigneur lui envoya une source à l'eau curative au sommet de la montagne. Grâce aux saintes prières de saint Jean, un ours qui venait souvent à la source pour boire fut apprivoisé et devenu le gardien et le protecteur du monastère de  Zedazeni. (Jusques à ce jour, les bêtes de la forêt Zedazeni n'ont jamais dérangé une seule âme). Par l'intercession de saint Jean, un homme muet et paralysé depuis son enfance commença à parler et à marcher.

Après avoir servi Dieu avec ferveur pendant de nombreuses années, saint Jean reçut un signe que sa mort approchait. Il appela ses disciples, il les bénit, leur fit ses adieux, et les quitta avec la mission de l'enterrer dans la grotte où il avait habité. Après avoir reçu la Sainte Communion, saint Jean vit le ciel ouvert et les puissances incorporelles resplendissant avec les armées des saints. Le Seigneur rappela saint Jean à Lui, disant: "Je suis le Seigneur, le Dieu de ton père Abraham. Viens et je te donnerai du repos après les labeurs de ta vie." Le saint Père pria et rendit son âme au Seigneur.

Après son repos en Christ, les disciples de saint Jean raisonnaient en eux-mêmes qu'une grotte lugubre était inapte à servir de lieu de sépulture à leur Père saint, et avec un grand respect, ils enterrèrent ses restes dans une église, au pied de la montagne. Mais soudain, un violent tremblement de terre secoua le sol où ils se trouvaient. La terre cessé de trembler seulement après que les disciples apeurés se souvinrent de la volonté de leur berger et se rendirent compte que les secousses sismiques étaient un signe de Dieu. Alors les disciples, un prêtre et un diacre découvrirent les saintes reliques et inhumèrent saint Jean selon sa volonté. Alors qu'ils étaient en cours de translation, les saintes reliques de saint Jean guérirent de nombreux malades et démoniaques.

Au 10ème siècle, à l'époque du Catholicos Clément (908-923), une église en l'honneur de saint Jean-Baptiste fut construit sur le flanc sud de la grotte de saint Jean. La tombe du saint Père se trouve près de l'autel de cette église.

Le saint martyr Habib de de Nekresi fut consacré évêque de Nekresi à la demande de Parsman VI, roi de Kartli, et du Catholicos Evlavios. Rempli d'un saint zèle, l'évêque Habib convertit de nombreux païens à la foi chrétienne.

Au 6ème siècle les Perses forcèrent de nombreux Géorgiens à renier le Christ et à vénérer le feu conformément à leur propre coutume. Lorsque saint Habib versa de l'eau sur leur autel de sacrifice pour éteindre le "feu sacré", les Perses enragés le battirent cruellement, puis le lapidèrent à mort. Par ordre du marzban (vice-roi persan), les saintes reliques du martyr Habib restèrent pendant trois jours sous le ciel ouvert. Mais au grand étonnement du marzban, ni bête ni oiseau ne le touchèrent. La quatrième nuit, les moines du monastère de Rechi arrivèrent et transférèrent les saintes reliques au monastère de Samtavisi pour les enterrer. Plus tard, par ordre de Stéphane (Stepanoz) (600-619), le souverain légitime de Kartli, les saintes reliques de saint Habib furent à nouveau transférées au monastère de Samtavro à Mtskheta, et enterrées dans le sanctuaire sous la table de l'autel.

The Holy Thirteen Syrian Fathers. Front row: Davit of Gareji, Shio of Mgvime,

Les treize saints Pères syriens. Première rangée: David de Gareji, Shio de Mgvime.

Saint Antoine de Martqopi portait toujours avec lui une icône du Sauveur "Non-faite-de-main-d'homme" qu'il avait apportée d'Édesse en Asie Mineure.

Amoureux de la solitude, saint Antoine s'installa à le Gorge de Lonoati, mais les nombreux chrétiens curieux, attirés par ses prières et ses miracles, perturbèrent sa retraite. Alors, le saint Père a construisit un monastère pour ses fidèles disciples, et se retira en réclusion au-delà de la rivière Alazani, et plus tard il s'installa sur le Mont Akriani. Dans son nouvel ermitage, il mangeait principalement des plantes et l'écorce des arbres, et Dieu lui envoya un ours pour lui apporter de la nourriture. Plus tard, saint Antoine érigea une colonne au sommet de la montagne et y demeura pendant dix-huit ans.

Le vénérable Père reçut un signe de Dieu alors que sa mort était imminente, et au moment de son repos en Christ, il était agenouillé en prière devant l'icône du Sauveur. Ses disciples portèrent ses saintes reliques au bas de la colonne et les enterrèrent dans le monastère qu'il avait fondé, devant l'icône de la Mère de Dieu.

Saint David de Gareji s'installa d'abord à la périphérie de Tbilissi, nouvelle capitale de la Géorgie. Grâce à sa merveilleuse prédication, saint David convertit de nombreux adorateurs du feu et il fit venir des gens de beaucoup de croyances à la foi chrétienne.

Un jour, les adorateurs du feu se vengèrent: ils soudoyèrent une femme enceinte se mirent d'accord avec elle et accusèrent Saint David d'adultère. Mais le thaumaturge Saint David toucha de son bâton son personnel le ventre de la femme et dit: "Au nom du Seigneur Jésus-Christ, je t'ordonne, enfant, de nous dire qui est ton vrai père!" L'enfant prononça le nom de son véritable père de l'intérieur du ventre de sa mère. La foule des spectateurs fut indignée et commença à lapider les calomniateurs païens. Profondément troublé par les émeutes et incapable d'arrêter l'effusion de sang, saint David partit avec son disciple Lucien (Lukiane).

Saint David et Lucien s'installèrent dans le désert de Gareji dans le sud de la Géorgie. Le Seigneur leur fournit de la nourriture en abondance: tous les jours sauf les mercredis et vendredis, un troupeau de cerfs venait leur rendre visite. Lucien trayait les animaux, et quand David faisait le signe de la croix sur le lait, il était miraculeusement transformé en fromage. La nouvelle de ces miracles accomplis par les saints pères se répandit rapidement, et bientôt le désert de Gareji devint un refuge pour les nombreux chrétiens qui se languissaient de mener une véritable vie d'ascète.

Après quelque temps, un pieux moine appelé Dodo vint de Ninotsminda, village de l'est de la Géorgie, et, après avoir reçu la bénédiction de son père spirituel, il établit le monastère de la Très Sainte Mère de Dieu sur la côte orientale de la montagne de Gareji. Depuis ce temps, la chaîne [de montagne] orientale a été appelée "la chaîne de Dodo."

Saint David alla en pèlerinage à Jérusalem, mais quand il arriva là-bas, il s'est soudainement jugé indigne et n'a pas osé franchir les portes de la ville. Il a prié avec ferveur devant les portes de la ville, puis, dans son humilité profonde, il a choisi trois pierres à prendre avec lui comme des trésors et il s'en est allé. Cette même nuit, un ange apparut au Patriarche Elie de Jérusalem et lui a dit qu'un moine nommé David, qui était arrivé de Géorgie, enlevait toute la grâce de la Terre Sainte. Les messagers du Patriarche trouvèrent saint David et saisirent de lui deux des pierres. La troisième pierre il la ramena au monastère de Gareji.

Après avoir servi le Seigneur toute sa vie, à travers beaucoup de souffrances et de tribulations, saint David agréable à Dieu reposa paisiblement en Christ et il fut enterré au monastère de Davit-Gareji.


St. Mikael of Ulumbo, one of St. Ioane's disciples.

Saint Michel d'Ouloumbo, 
l'un des disciples de saint Jean.

Saint Jessé (Ise) de Tsilkani fut consacré évêque de Tsilkani par le Catholicos Evlavios, à la suggestion du saint Jean de Zedazeni. Le saint Père prêcha aux foules nombreuses et convertit de nombreux croyants. Avant longtemps, beaucoup de disciples s'étaient rassemblés autour de lui. Saint Jessé, comme les autres disciples de saint Jean, fut doté de la capacité de faire des miracles.

Un jour saint Jean décida de tester la foi de ses disciples, et il exigea que chacun d'entre eux fasse un miracle. Quand ce fut au tour de saint Jessé, il descendit à la rivière Ksani, traversa, puis fit toucher son bâton à l'eau et cria: "Au nom du Seigneur, je t'ordonne de me suivre!" Immédiatement la rivière commença de circuler dans le sens inverse, et elle suivit chaque mouvement du bâton du vénérable père. Saint Jessé conduisit la rivière au monastère de Tsilkani.

Ayant été témoin de ce miracle, beaucoup de gens furent convertis à la vraie foi.

Saint Jessé reçut un signe venant du ciel lorsque son repos en Christ était proche. Il communia aux saints dons et en priant, il rendit son âme à Dieu. Saint Jesse est enterré dans l'église Tsilkani de la Très Sainte Génitrice de Dieu. 

Saint Joseph (Ioseb) d'Alaverdi portait toujours avec lui une croix qui avait été formée à partir du bois de la Croix vivifiante de notre Sauveur. Avec la bénédiction de son maître, saint Joseph prêcha l'Evangile du Christ dans toute la région de Kartli dans l'Est de Géorgie et, plus tard s'installa dans le désert d'Alaverdi.

Un jour, saint Joseph rencontra un noble païen et lui prêcha la Parole de Dieu. Profondément inspiré par le Père Joseph rempli de la grâce de prédication, le noble fonda un monastère à Alaverdi. Les villageois de la région environnante entendirent parler des exploits spirituels du saint Père, et beaucoup d'entre eux quittèrent le monde pour œuvrer avec lui. Le nombre d'ascètes dans la région commença à augmenter de façon constante depuis ce temps.

Lorsque sa vie longue et remplie de labeur tira à sa fin, saint Joseph nomma un nouvel higoumène pour le monastère et reposa paisiblement dans le Seigneur. Jusques à ce jour, de nombreux miracles ont lieu sur sa tombe au monastère d'Alaverdi.

Dès sa jeunesse saint Shio de Mgvime (de la caverne) était un disciple de saint Jean de Zedazeni, et il le suivit en Géorgie. Saint Shio s'installa à Sarkineti,  région au nord-ouest de Mtskheta. La Très Sainte Mère de Dieu bénit le moine, et il effectué ses labeurs conformément à ses révélations.

Une colombe apportait de la nourriture au père béni et saint Evagre (à l'époque le souverain de Tsikhedidi) témoin de ce miracle un jour en chasse dans la région. Profondément inspiré par ses labeurs incessants, le prince quitta le monde pour devenir disciple de saint Shio. Il ne fallut pas longtemps avant que le désert de saint Shio ne soit rempli de gens qui aspiraient à la vie ascétique. Saint Shio fonda un monastère à Sarkineti, y rassembla près de deux mille moines pour y œuvrer avec lui, et il les forma à une vie ascétique rigoureuse.

Après avoir fait d'innombrables miracles, saint Shio promit finalement à Dieu qu'il passerait le reste de sa vie dans un puits qu'il avait creusé pour lui-même. Il nomma Evagre higoumène du monastère et il entra en réclusion au fond du puits. Là, il passa quinze ans et il reposa paisiblement dans le Seigneur. Les saintes reliques de saint Shio sont enterrées dans ce puits, et à ce jour de nombreux miracles ont lieu sur sa tombe.

Saint Pyrrhus (Piros) de Breti, appelé "L'image divine du repentir", fonda un monastère à Breti, sur la rive de la rivière Jvaristsqali. Ses reliques sont enterrées dans l'église de ce monastère.

Saint Isidore de Samtavisi prêcha la foi chrétienne dans Kartli pendant de nombreuses années, conformément aux instructions de son maître. Sur la rive orientale de la rivière Rekhoula, il fonda le monastère de l'icône du Sauveur "Non-faite-de-main-d'homme" de Samtavisi Il reposa en Christ et fut enterré dans ce monastère.

Saint Thaddée (Tadeos) de Stepantsminda prêcha d'abord à Mtskheta, et plus tard, il fonda un monastère au pied du Mont Zedazeni. Après le repos de saint Jean, saint Thaddée continua à prêcher dans tout Kartli et érigea de nombreuses nouvelles églises. Parmi elles, l'église du Protomartyr Etienne dans Ourbnisi est un exemple glorieux. Vers la fin de sa vie saint Thaddée se retira dans une grotte au Mont Tsleva non loin de la ville de Kaspi. Il reposa paisiblement en Christ et fut enterré à cet endroit. 

Saint Stéphane (Stepane) de Khirsa et ses compagnons prêchèrent dans toute la région de Kakhétie en Géorgie orientale. Plus tard, saint Stéphane fonda le monastère de Khirsa près du château de Kharnabouji. Il est enterré dans le sanctuaire de l'église du Protomartyr Etienne à Khirsa.

Saint Zénon d'Iqalto prêcha la foi chrétienne dans le nord de la Kakhétie et fonda le monastère d'Iqalto. Il reposa tranquillement après avoir accompli beaucoup de bonnes œuvres pour le compte de la vraie foi. Saint Zénon est enterré dans l'église de l'Icône du Sauveur "Non-faite-de-main-d'homme" au monastère d'Iqalto

Saint Michel (Mikael) d'Ouloumbo prêcha la foi chrétienne dans le nord de Kartli et en Ossétie. Il fonda un monastère dans la région d'Ouloumbo [1], où ses reliques thaumaturge furent ensuite enterrées.

Beaucoup d'enfants géorgiens furent élevés dans les monastères fondés par les treize Pères syriens. Pendant des siècles, la grâce divine des saints ascètes s'est répandue parmi le peuple géorgien et partout sur leur terre.

Ces monastères et les saints pères qui les ont fondés continuent à protéger le peuple géorgien contre toutes sortes de péché et d'incrédulité.

Ô Pères syriens craignant Dieu et trois fois vénérables, levez vos mains saintes vers le Roi Céleste et priez pour qu'il accorde la paix à notre nation, la sécurité à tout le peuple chrétien, et grande miséricorde à tous ceux qui invoquent Son nom!

Version française de Claude Lopez-Ginisty 
d'après Archpriest Zakaria Machitadze 
Lives of the Georgian Saints  
Saint Herman of Alaska Brotherhood
Platina, California, USA/2006

+

[1]Oulombo fut nommé d'après le Mont Olympe (En Vieux Géorgien, le Mont Olype est connu sous le Vocable Ouloumbo) centre monastique de Bythinie en Asie Mineure

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire